Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 23:41

Cette fois ça y est : fin de la saison des signatures en attendant la reprise en septembre. J’avais un peu hâte d’en voir le bout mais je sais que je serai très vite impatiente de m’y remettre. En 2005, après la sortie d’Arlis des forains, je me rappelle avoir éprouvé un pincement quand la période de promo avait pris fin et que j’avais vu mes camarades de Bragelonne (Erik Wietzel, Henri Loevenbruck, Anne Guéro (Ange) et Jérôme Camut) continuer les signatures sans moi.

 

Aujourd’hui, c’était donc la librairie Labyrinthes de Rambouillet, qui organisait un mois de rencontres et d’événements autour de la fantasy. Déjà, une signature dont je rentre avec un doggy bag rempli de nounours en guimauve et de bonbons qui piquent ne peut que s’être bien passée. (On n’en parle pas assez mais c’est un aspect capital de ce genre d’événements – j’étais présente le jour où mon estimé collègue Francis Berthelot, lors d’une dédicace commune à la librairie Scylla, a goûté pour la première fois aux fraises tagada et aux crocos Haribo, qu’il a trouvés infâmes – fin de la parenthèse alimentaire.) Pas mal de discussions sympa avec l’équipe de la librairie, on a parlé en vrac de séries télé (de Buffy aux 4400 en passant par plein de trucs alléchants que je n’ai pas vus), de musique (Nick Cave, Patti Smith, tout ça), d’Eternal sunshine of the spotless mind, de la trilogie À la croisée des mondes, enfin bref, j’étais dans mon élément. Ça fait toujours vraiment plaisir de rencontrer des libraires aussi passionnés par ce qu’ils font. À propos de la trilogie de Philip Pullman, j’ai constaté que je n’étais pas la seule à avoir immédiatement pensé à l’ours en armure Iorek Byrnison en voyant la sculpture que j’ai photographiée à Lyon et mise en ligne sur mon site (ici).


Sinon, quelque chose m’a intriguée. Une dame venue acheter tout autre chose s’approche pendant qu’on parlait de Nancy Huston et notamment de son Journal de la création – visiblement, elle aussi est fan. En voyant mon nom, elle me demande si je ne suis pas passée à la radio récemment. Comme elle parle de France Inter ou France Culture, ça me fait penser à Mauvais genres, sauf que je n’y suis passée qu’en 2003. J’ai bien enregistré une interview pour la radio récemment mais pour une autre chaîne, donc j’ai cru qu’elle confondait avec quelqu’un d’autre, jusqu’à ce qu’elle me cite une anecdote qu’elle se rappelait de l’émission et qui était effectivement quelque chose que j’ai pu dire en interview. Intriguée, je suis. Sur le moment, ça m'a fait le même effet que si j'apprenais qu'une partie de moi se détachait pour mener une vie parallèle et faire des trucs à ma place. Je me demande si mes neurones quelque peu débordés ces temps-ci ne commencent pas à tout mélanger voire à effacer des événements. (Note : à l’instant où je tape ces mots, je viens de me goinfrer le dernier nounours à la guimauve du doggy bag. Je peux reprendre une activité normale.) Il faut dire que le temps a passé en accéléré depuis février. Il y a eu les différents salons mais aussi pas mal de petites choses qui m’ont donné l’impression de courir après le temps en permanence – trois nouvelles que je m’étais engagée à écrire, pas mal d’e-mails tournant autour des livres et/ou de la promo et auxquels je répondais avec de plus en plus de retard, plus le boulot sur les traductions en cours… Pour tout vous dire, j’ai même arrêté de jouer à World of Warcraft depuis deux ou trois mois, c’est un signe.

 

Mais quand j’y pense, cette série de dédicaces s'est caractérisée par une remarquable absence de plans foireux. Il y en a eu de plus calmes que d’autres mais aucune où je regrette d’être allée, aucune organisée par une équipe qui ne savait pas trop qui elle invitait ni pourquoi (j’ai déjà connu ça), aucune de celles où on s’emmerde seul derrière sa table en regardant passer les gens. Je ne sais pas si c’est grâce à un coup de bol, ou parce que Bragelonne a particulièrement bien ciblé les salons, ou un peu de tout ça à la fois, mais c’est suffisamment rare pour être signalé.

 

La page étant tournée pour cet été, je vais pouvoir me remettre sérieusement au boulot. Le petit inconvénient de cette période de promo, c’est que ça a bousculé mon planning de traduction. Aussi bien en me faisant perdre des jours de travail qu'en contribuant par moments à me déconcentrer (j’y arrive très bien toute seule, mais disons que ça n’a pas aidé). Or, j’ai une traduction à rendre sans faute à la fin du mois. Et je ne suis pas hyper en avance. Donc ça va être le marathon d’ici là. Si je réduis mes sorties, si je fais des heures sup en soirée et surtout si j’arrive à ne pas me lever trop tard le matin, c’est jouable. Mais ça va être sport. Je ferai sans doute une pause juste après, début août (séjour en famille et/ou chez des amis). Ça m’arrange finalement que ce gros coup de speed tombe sur une traduction de Kelley Armstrong : d’une part, je suis déjà familiarisée avec cette série et je m’y sens plutôt à l’aise (j’ai traduit Morsure et Capture déjà publiés chez Bragelonne), d’autre part, ce n’est pas extrêmement compliqué. Le style est simple mais très maîtrisé, donc agréable à traduire, surtout que les dialogues sont souvent savoureux. Kelley Armstrong a un sens de l’humour et de la répartie qui me fait bien marrer. J’aime particulièrement ses sorcières décrites comme un tas de vieilles bonnes femmes qui organisent leurs réunions dans la salle communale d’un bled paumé en faisant payer le café et les beignets – limite réunion Tupperware. Ce n’est pas une littérature extrêmement ambitieuse mais c’est très distrayant et surtout bien vu, avec un sens du détail très développé (beaucoup de références à des films ou émissions de télé par exemple, c’est très ancré dans la vie quotidienne). Kelley Armstrong arrive en plus à créer des personnages vivants et qui sonnent juste. J’avais été particulièrement touchée par la quête d’identité d’Elena, partagée entre sa nature de loup-garou et son envie désespérée de mener une vie normale dans Morsure. Et j’adore Clay, son amant loup-garou, ancien enfant sauvage qui en a gardé un côté totalement animal qui en fait un personnage passionnant. Aucun des deux n’apparaît dans Dime Store Magic, qui met en scène la sorcière Paige déjà rencontrée dans Capture, mais j’aime beaucoup les possibilités qu’offre ce changement régulier de narrateurs au cours de la série. Donc, quitte à passer un moment en immersion totale dans une traduction, autant que ce soit chez Kelley Armstrong.

 

Bonne résolution pour ce dimanche : me lever pas trop tard et me consacrer aux corrections de deux nouvelles en attente. D’abord « Swan le bien nommé » écrite l’hiver dernier pour une antho et qui attend un dernier coup de plumeau (ça devrait aller vite). Ensuite mon dernier texte en date, pour lequel je n’arrive pas à trouver de titre définitif. Il s’appelle actuellement « Le jardin des silences » mais je ne suis qu’à moitié convaincue. Il y a des maladresses à gommer, quelques aspects à modifier ou renforcer, rien qui nécessite un retravail en profondeur mais ça devrait bien remplir ma journée. Après ça, je ne m’occupe plus que de la traduction de Dime Store Magic jusqu’à la fin du mois. Enfin j’espère.

 

Je terminerai par la rubrique musicale du jour. Un peu déçue, mercredi dernier, par le concert des Kills au Palais de Tokyo. Ça tenait sans doute plus à mon état d’esprit qu’au concert lui-même, sur lequel j’ai entendu des avis très divers. J’étais légèrement contrariée par la chaleur étouffante, par le fait d’être un peu plus loin que je ne l’aurais souhaité (même si, soyons honnête, j’étais quand même au premier rang), par le fait d’être en train de rater mes photos (visibles ici) pour cause d’éclairage faiblard. Plus probablement, j’étais encore sous le choc de leur Black Session hallucinante du mois dernier (compte-rendu ici). Deux ans que j’attendais de les voir sur scène et j’avais bien reçu ce jour-là le choc attendu : du pur rock’n’roll, énergique à souhait, habité par une tension quasi sexuelle (renforcée par le jeu de scène très suggestif de Jamie Hince et Alison Mosshart), qui donnait une envie irrésistible de danser et de sauter partout. J’avais été impressionnée par la présence de ces deux-là – le charisme animal d’Alison, le jeu de guitare fascinant de Jamie que j’observais de très près (j’étais pile en face de lui avec les yeux au niveau de sa guitare). Je n’ai pas retrouvé cette intensité au Palais de Tokyo, mais je me demande si on n’est pas fatalement déçu la deuxième fois. Pas grave, j’y retournerai quand même. Et je continuerai à me passer en boucle Midnight Boom qui est un des meilleurs albums que j’ai entendus cette année. Au passage, la nouvelle au titre incertain dont je parlais ci-dessus doit énormément à la musique des Kills et à leur chanson Rodeo Town en particulier.

 

Avec tout ça, il faudrait aussi que je trouve un moment pour rapatrier d’autres entrées du blog MySpace vers celui-ci et compléter la rubrique des liens (au lieu de passer mon temps à modifier la playlist Last.fm pour nourrir le juke-box ci-contre). Demain sera un autre jour, etc, etc.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Salons et dédicaces
commenter cet article

commentaires

Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives