Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 12:40

 

D’aucuns se plaignaient récemment que je ne mettais pas assez souvent ce blog à jour et que la tonalité en était un peu "schtroumpf grognon" sur les bords. Je profite donc d’un grand regain d’énergie saisonnier pour poster à nouveau et rappeler que les salons reprennent ces jours-ci et que je repars ce week-end à Nancy pour "Le Livre sur la Place". L’expédition Bragelonne se composera de Laurent Genefort, d’Adriana Lorusso, de Maggie Furey et de Pierre Pevel, qui triche puisqu’il habite déjà Nancy mais qui se rattrape en nous donnant des adresses où bien manger (je sens que ce week-end va être gastronomique). Quand je ne suis pas en train de râler sur l’heure de départ très matinale, je suis impatiente d'y être. Il y a des détails qui me manquent, mine de rien : le café pris le matin dans le train avec les collègues, le petit déjeuner à l’hôtel, le simple fait de dormir à l’hôtel (j’y dors beaucoup mieux que chez moi), sans parler des salons eux-mêmes et des rencontres qu’on y fait. Enfin bref, c’est reparti pour un tour.

 

À ce sujet d’ailleurs, quelques précisions par rapport au planning annoncé la dernière fois. Le café littéraire du 4 octobre a été confirmé, il se déroulera au Kata Bar en compagnie de Charlotte Bousquet, de l’illustrateur Alain Mathiot et de Lionel du fanzine Borderline. Le thème sera : "Les monstres : aimer les haïr, haïr les aimer". Quant à la signature du 18 octobre, elle aura lieu à la librairie "Au comptoir des rêves" à Reims en compagnie de Claude Mamier. Il devrait y avoir des animations, notamment des lectures d’extraits de nouvelles, mais je reparlerai de tout ça en temps et en heure.


À part ça, quoi de neuf ? Des mariages autour de moi, et ça me fait tout drôle. Je précise que dans mon entourage, on se marie très peu, et je n’avais encore jamais, avant cette année, assisté à un mariage d’amis. Je viens d’en enchaîner trois dans des circonstances très différentes. La première fois, je n’ai assisté qu’à une partie du repas. La deuxième fois, c’était plus informel et ça ressemblait plus à une grosse teuf entre amis (c’était d’ailleurs très cool). Et je trouve intéressant que le premier mariage d'amis auquel j’assiste du début à la fin, avec la mairie, l’église, le vin d’honneur, le repas, la totale, soit celui d’un couple que j’ai rencontré en jouant à World of Warcraft. Ce qui en dit long non pas sur ma nature de geek mais sur la façon dont les jeux vidéo ont évolué ces dernières années. On en a l’image d’une activité qui isole alors qu’il arrive qu’elle rassemble (cela dit, à l’époque du collège, échanger des disquettes de jeux sur Amstrad faisait partie des rares activités qui me permettaient de socialiser un peu). Ce qui m’a frappée ce week-end, comme la première fois où j’avais rencontré en chair et en os plusieurs membres de ma guilde de WoW, c’est l’impression de familiarité et de complicité immédiate. On croise d’abord des gens sous forme d’un tas de pixels, ensuite on découvre leur visage en photo, on apprend à connaître leur voix quand on parle sous Teamspeak lors des raids et des instances, et puis on se fait une image de la personne qui se cache derrière le personnage. Une image qui se révèle incroyablement juste quand on la rencontre "en vrai" pour la première fois. De fait, on partage pas mal de choses, de gros délires et de bons moments, avec des gens qu’on a assez peu rencontrés mais dont on a réellement fait la connaissance à travers le jeu. Certains peuvent même devenir des amis. Je trouve ça fascinant.

 

Je vous laisse imaginer ce que peut être un repas de mariage qu’on passe à une table de geeks particulièrement remontés. On a dû passer pour une tablée de gros débiles, mais il y a longtemps que je ne m’étais pas autant marrée. Le mariage lui-même était très chouette (même pour moi qui n’ai jamais bien compris l’intérêt de ce genre de fête). Un détail m’a bien amusée : au milieu d’une décoration très soignée, très jolie et vraiment personnalisée, découvrir la petite touche geek apportée par des plans de table dessinés façon Star Trek, vu que les mariés et plusieurs de leurs témoins ont beaucoup pratiqué le jeu de rôle. Chacune des tables portait le nom d’un vaisseau, chaque personne se voyait attribuer un grade. J’adore quand les gens sont capables de faire des trucs absolument pas sérieux le plus sérieusement possible. Pour moi, c’était la petite touche qui donnait tout son sel à l’ensemble. (Pour ceux qui se poseraient la question, la "photo" ci-dessus représente ma démoniste en grande tenue la fois où elle a assisté au mariage de deux de ses camarades taurens. Oui, on a déjà fêté des mariages dans WoW. On est geek ou on ne l'est pas.)

 

Comme on peut s’y attendre, j’ai passé une bonne partie de la journée à prendre des photos. Ce qui m’a fait prendre conscience d’une légère frustration : j’ai l’impression d’être coincée à un stade intermédiaire dans l’apprentissage, qui occasionne pas mal de dialogues de sourds. Notamment avec les gens qui ne s’intéressent pas forcément à la photo ou qui se servent de leur appareil uniquement pour garder des souvenirs, sans s’intéresser aux cadrages, à la composition, etc. De fait, j’ai l’impression que je supporte de moins en moins de me faire vanner parce que je mitraille sans arrêt, ou encore parce que je refuse d’utiliser mon flash. Je n’arrive pas toujours bien à faire comprendre que si je le fais, c’est pour une raison précise. C’est comme si on me demandait "à quoi ça sert d’écrire trois pages si c’est pour en couper une ensuite ?" Je suis très loin d’être au point, surtout quand je vois certaines personnes, dans mon entourage, qui en plus d’avoir du meilleur matériel et une plus grande expérience, possèdent aussi un regard, un style et un talent vraiment personnels. Je sais que je n’atteindrai jamais ce stade-là, et quelque part, je ne le cherche pas vraiment. Mais j’ai une idée de plus en plus précise de ce que j’essaie de faire, je tâtonne pour y arriver, j’y parviens de temps en temps, et ça m’énerve un peu qu’on me vanne là-dessus sans comprendre que ça fait partie de l’apprentissage. C’est peut-être excessif, mais je fonctionne comme ça. Si je prends douze photos pour n’en garder qu’une, c’est parce que je sais qu’à ce stade il me faut au moins ça pour obtenir la bonne combinaison d’expression/lumière/réglages qui donnera une photo où il se passe réellement quelque chose – sans parler du facteur aléatoire qui fait survenir les détails les plus improbables pile au moment où l’on prend la photo (surtout dans le cas particulier des concerts).

 

Mon obsession du moment, qui explique mon refus du flash dans un premier temps, c’est la lumière et le relief. C’est curieux comme l’apprentissage de la photo fonctionne par déclics : à un moment donné, je comprends intuitivement un truc qui m’avait échappé jusque là et je tourne en boucle pendant des mois jusqu’à avoir acquis un semblant de maîtrise. Depuis cette année, peut-être depuis que j’ai reçu mon Canon G9, j’ai l’impression d’avoir appris à voir la lumière différemment. C’est à la limite du sixième sens : j’entre dans une pièce et je vois immédiatement la façon dont la lumière se pose sur les objets, les gens, l’ambiance qu’elle crée et les photos qu’on pourrait faire (le fait que j’envisage de déménager pour un appartement moins sombre que mon cagibi du rez-de-chaussée doit y être pour quelque chose). Du coup, j’ai des moments de frustration absurde quand je suis fière comme un pou d’une photo qui a pile le relief que je voulais, parce que j’ai réussi à capturer pile la bonne lumière, mais que je suis la seule à le voir. Le plus rigolo, compte tenu du fait que je sois très loin d’être au point, c’est que je me découvre un côté élitiste face aux photos des autres, notamment dans le regard hyper critique que je porte que les photos faites au flash – pas le flash maîtrisé des pros, mais le flash utilisé n’importe comment et qui donne des photos sans relief et aux couleurs fades. Quelque part, je vois que j’ai progressé. Pas encore assez, mais c’est un début.

 

Et maintenant, la rubrique musicale du jour. L’album d’Amanda Palmer avec lequel je rebats les oreilles de tout le monde depuis que j’ai interviewé la dame en juin vient de sortir, il est largement à la hauteur de mes attentes et j’en parle plus en détail ici. Je suis aussi en train de jeter une oreille sur le nouveau Calexico mais je ne sais pas encore ce que j’en pense. Aucun de leurs albums ne m’a autant marquée que The Black Light il y a dix ans, mais je trouve intéressant de voir leurs diverses tentatives pour échapper à l’image qui leur colle à la peau – on dirait qu’après avoir créé un son vraiment reconnaissable sur The Black Light, à base de cuivres et d’un mélange d’americana et de sonorités hispaniques, ils ont passé dix ans à tâtonner pour éviter de tourner en rond, et c’est finalement cette impression de recherche qui rend leur musique si attachante. Le dernier concert que j’avais vu d’eux au Bataclan m’avait laissée sur une impression mitigée, comme si une démarche autrefois spontanée tournait à la formule, mais j’ai hâte de les revoir à la Cigale le mois prochain. Ne serait-ce que pour admirer une fois de plus le jeu de batterie fluide et hypnotique du génial John Convertino.

 

Et pour les quelques fans des Dresden Dolls qui parcourent ce blog, voici une vidéo dénichée par René-Marc D. et qui vaut son pesant de cahouètes. Attention, c’est du grand n’importe nawak. Je me suis piqué quelques fous rires en regardant la partie où ils se prennent pour Sonny & Cher, avec les costumes adéquats – mais la partie Britney Spears n’est pas mal non plus.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi
commenter cet article

commentaires

Claire 19/09/2008 14:29

"De fait, j’ai l’impression que je supporte de moins en moins de me faire vanner parce que je mitraille sans arrêt, ou encore parce que je refuse d’utiliser mon flash."

Aaaah je me reconnais complètement. Je sais que je suis une piteuse amateur(e) et que faut pas prendre les vannes trop à cœur, mais ça m'inhibe complètement quand je me prends des remarques dans la face alors que j'essaie vaguement de progresser. Tiens, ça me remonte le moral de lire ça, je vais exhumer mon appareil, un grand merci !

rmd 19/09/2008 10:54

Je ne joue plus à WoW, c'est un truc de terroristes:

http://www.schneier.com/blog/archives/2008/09/the_pentagons_w.html

Pat 19/09/2008 08:46

Le flash, c'est Satan.

Mélanie Fazi 19/09/2008 10:04


Et quand c'est moi qui le dis, personne ne me croit.


rmd 18/09/2008 20:30

Ah, enfin une mise à jour!

Amusant, ton passage sur la photo: ca représente exactement ma pensée, j'aurais pas mieux dit (et surtout écrit).

Mélanie Fazi 19/09/2008 10:04


Te serais-tu reconnu dans les "d'aucuns" de la première phrase ? ;)
D'ailleurs, c'est marrant de te voir répondre à la partie sur la photo plutôt qu'à celle sur WoW...


Lucie 18/09/2008 20:24

Même à l'époque de l'argentique, il fallait prendre dix, vint-quatre ou trente-six photos pour en avoir une bonne, parfois, selon ce qu'on souhaitait faire ! On développait, on faisait une planche contact, et on ne tirait que la bonne, en jouant sur les temps de pose, les papiers possibles, les filtres, etc.

Maintenant, avec le numérique, la technique a évolué, a changé, mais pourquoi se priver de mitrailler ? Surtout quand, en plus, tu ne mets pas ton flash dans les yeux des gens !

En bref ; continue, Mél !

Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives