Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 19:36

 

Pour ceux qui n’ont pu assister à la récente soirée de lancement d’Ainsi naissent les fantômes de Lisa Tuttle chez Scylla, et qui souhaiteraient feuilleter le livre pour s’en faire une idée avant de le commander, sachez qu’il commence à être disponible dans différents points de vente : la librairie Les Quatre Chemins à Lille, la librairie Sauramps à Montpellier, et pour les Parisiens, L’Antre-Monde et le Virgin des Champs-Elysées. Il devrait y en avoir également des exemplaires disponibles le samedi et le dimanche aux Imaginales d’Epinal. Les Imaginales où sera remis le prix du même nom, pour lequel Kadath est finaliste dans la catégorie « Prix spécial ». Il est également finaliste du Grand Prix de l’Imaginaire remis début juin, dans la même catégorie. Croisons les doigts et les tentacules.

 

Sur une note plus personnelle, ceux qui me connaissent de plus ou moins longue date ricaneront en apprenant qu’au moment de me faire retirer un petit angiome sur l’abdomen en clinique dermato, nonobstant ma quasi-phobie des aiguilles, du médical et la perspective de la piqûre d’anesthésie et des points de suture, ma principale contrariété aura été de me voir priver de sport pour un mois. Ne dirait-on pas qu’on change en vieillissant, et pas toujours comme on s’y attendrait. C’est qu’une fois lancé, on prend goût à la séance de piscine hebdomadaire et aux exercices de muscu devant Dr Who ou Game of Thrones. D’accord pour arrêter la piscine, mais les exercices avec mini-haltères, c’est peut-être négociable quand même ? (Et là, je vois mon moi non-sportif d’il y a dix ans qui me regarde et qui ricane.)

 

Dans la foulée, réveillée à trois heures du matin par la cicatrice qui tiraillait un peu, j’en ai profité pour terminer Mrs Dalloway acheté à Londres et lu par petits bouts ces trois dernières semaines. J’ai toujours eu l’intuition que Virginia Woolf était un auteur pour moi, mais je n’avais jamais osé me lancer. Je ne prétendrai pas avoir tout compris à Mrs Dalloway : ça reste une lecture exigeante par ses choix stylistiques. Mais le fameux stream of consciousness qui nous balade dans les pensées des différents protagonistes est un sacré tour de force. Je me suis régulièrement demandé en cours de lecture comment il était possible, concrètement, de planifier un roman pareil. Je suis passée à côté d’une grande partie du livre, faute d’avoir la concentration nécessaire, mais il m’a fait la même impression que The Waste Land de T.S. Eliot lu récemment : celui d’une œuvre qu’on peut également apprécier en y piochant des bribes sans forcément appréhender l’ensemble. De temps à autre, on tombe sur une phrase, une métaphore, qui dit quelque chose qu’on n’avait jamais vu décrit avec une telle justesse. L’intrigue est banale, en somme : une journée dans l’existence de personnages ordinaires. Mais la manière d’explorer ces existences l’est nettement moins. C’est un de ces romans qui vous donnent par moments l’impression de toucher du doigt à l’essence de l’expérience humaine, et d’y être soi-même relié. L’impression aussi, plus confuse, de comprendre plus de choses sur le(s) fonctionnement(s) de l’être humain qu’on n’en avait conscience. J’avais le sentiment à certains moments que je n’aurais pas reçu ce roman de la même manière il y a encore deux ans, parce que je n’étais pas la même personne et que je n’y aurais pas entendu les mêmes choses. L’effet est assez troublant. Je vais attendre un peu avant de poursuivre mon exploration des livres de Virginia Woolf, mais je comprends maintenant pourquoi on la considère comme un grand écrivain.

 

Et maintenant, par quoi enchaîner ? Le dernier Tonino Benacquista ou la relecture de Dix petits nègres (par la faute du Docteur, évidemment) ? J’aurai justement douze heures de train à meubler la semaine prochaine, pour me rendre au salon « Le Grimoire » à Toulouse où je participerai à une rencontre le samedi midi.

 

 

 

Côté musique, quelques photos de concert sur le Cargo : cette fois, c’est Jesse Sykes & The Sweet Hereafter, souvent nettement meilleurs sur disque que sur scène – mais pas cette fois. Les chansons les plus aériennes de l’album Like, love, lust and the open halls of the soul passent parfois mal la barrière de la scène, faute d’être interprétées avec la subtilité nécessaire, mais le récent Marble son, avec ses guitares hypnotiques et sa construction en montagnes russes, semble taillé pour être joué en live. C'était court mais puissant à souhait.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Livres
commenter cet article

commentaires

heidi 16/05/2011 07:43


Tu as bien de la chance! :D


heidi 13/05/2011 14:59


Au sujet du sport, passé la trentaine, ouais... avant on faisait peut-être la fine bouche dessus mais, là, on ne veut plus arrêter... parce qu'on se rend bien compte que c'est indispensable pour
freiner la décripitude! :D
Bonne et prompte cicatrisation!


Mélanie Fazi 13/05/2011 15:26



Il y a sans doute de ça, mais ce qui me surprend cette fois-ci, c'est d'y prendre un réel plaisir au lieu de considérer ça comme une corvée ou un truc à faire "comme ça, de temps en temps". De la
même manière que je retrouve depuis le début du printemps un vrai plaisir à manger sain et équilibré, par envie et pas juste "parce que ce serait plus raisonnable". On s'étonne soi-même, des
fois. ;)



Gérard Eloi 12/05/2011 15:21


Ton billet est comme toujours très intéressant et agréable à lire, Mélanie.

Je découvre seulement ( Ainsi naissent les fantômes, les titres de tes oeuvres, le blog de Charlotte Bousquet,...) que les femmes fantastiques contemporaines sont formidables.
Découverte que je dois à Jean Ray : c'est lui qui m'avait "dit" de cliquer sur ton blog.

Il me faudra du temps pour lire le plus possible de ces oeuvres nouvelles : je vois que je vieillis (vraiment !) au fait que fais difficilement deux choses "en même temps", lire et écrire. ( Et je
suis toujours dans les caves de Malpertuis...)

Dans ton billet, tu écris "...en vieillissant...". Tu ne donnes pas l'impression de vieillir, au contraire : tu fais du sport, ce que tu ne faisais pas il y a dix ans, et cette pratique sportive te
manque dès qu'elle doit se mettre en veilleuse. On peut donc dire que ce n'est pas de l'âge que tu prends, mais de la saine énergie et du dynamisme!
( PS : faut évidemment éviter toute imprudence. Mais question sport, bien que plutôt doux, la marche et le vélo sont pas mal non plus : on passe à pieds ou à vélos dans des endroits où les voitures
n'arriveront jamais.)

Douze heures de train jusqu'à Toulouse ? C'est beaucoup. Et trop pour les Dix petits nègres !
Si tu n'as pas déjà tout lu d'eux, je te proposerais Maxime Chattam ou Bernard Werber.

J'espère qu'un jour tu viendras animer une activité littéraire en Belgique ou dans le Nord de la France...

Et je te souhaite des moments inoubliables au Grimoire (un bien beau nom pour un club de la ville de Nougaro...)

Amicalement

GE


Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives