Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 09:59

http://i42.tinypic.com/foi2va.jpg 

 

J’ai sans doute déjà parlé ici du plaisir particulier, lorsqu’on est traducteur, qui consiste à devenir le passeur d’un texte. Le recueil de Lisa Tuttle, Ainsi naissent les fantômes, a été pour moi une expérience encore plus particulière à cet égard : la possibilité de mettre en avant le travail d’un auteur assez confidentiel mais dont le travail m’a énormément marquée, au point d’influencer nettement ma propre écriture. Mais je n’imaginais pas bien quel moment surréaliste ce serait de participer hier aux premières Dystopiales de la librairie Charybde en compagnie de Lisa et de me demander ce que j’aurais éprouvé, quand je découvrais ses textes à seize ou dix-sept ans, si l’on m’avait raconté cette soirée-là.

 

Ian McDonald, Jean-Daniel Brèque, Lucius Shepard

http://i42.tinypic.com/z0cci.jpg

 

Nicolas Fructus dédicaçant Le Dragon Griaule de Lucius Shepard

http://i43.tinypic.com/34g27wx.jpg

 

Compte tenu de la belle brochette d’auteurs et d'illustrateurs présents, dont Ian McDonald et Lucius Shepard de passage en France pour quelques jours, je m’attendais à ce que la soirée attire pas mal de monde. Mais pas à ce qu’elle soit bondée à ce point. Il m’a semblé que tous les participants signaient à tour de bras toute la soirée. En tout cas, Lisa et moi, dans notre coin de la librairie, avons été très occupées. Entendre les gens lui dire à quel point ses textes les ont remués, puis la voir retrouver des connaissances pas revues depuis longtemps, a été très émouvant. D’autant que j’ai découvert qu’il s’agissait sans doute, pour autant qu’elle se souvienne, de sa toute première dédicace en France. Je suis ravie également que la soirée lui ait permis de rencontrer Nathalie Serval qui était sa traductrice attitrée sur les livres précédents. Je leur ai fait signer à toutes deux mon exemplaire du recueil Le Nid qui m’accompagne depuis l’adolescence. Autres petites joies de la soirée : signer Kadath pour Ian McDonald, ou rencontrer une lectrice qui m’apportait mes quatre livres à signer et m’a avoué qu’elle n’aimait pas les nouvelles avant de lire Serpentine.

 

J’ai eu le sentiment hier d’avoir contribué à mettre en marche une machine qui continue son petit bonhomme de chemin toute seule. Une rencontre a lieu entre des textes et des lecteurs, et l’accueil est au-delà de mes espérances. Par ailleurs, c’est toujours très agréable quand le courant passe autant avec la personne qu’avec l’écrivain ; j’apprécie d’être assez à l’aise avec Lisa pour pouvoir lui dire sans aucune gêne que ses textes m’ont marquée ou que j’ai versé une larme en traduisant sa nouvelle « Le Remède ». Mais aussi pour pouvoir discuter de tout et n’importe quoi lors d’un trajet en taxi, le plus naturellement du monde. Quand je repense à la lectrice que j’étais à seize ans et qui n’imaginait même pas croiser un jour sa route, je ne peux pas m’empêcher de trouver tout ça surréaliste. En tout cas, je suis ravie de ces deux jours passés en sa présence et de la franche réussite qu’on été ces premières Dystopiales. Un immense merci à tous ceux qui sont passés nous voir.

 

http://i39.tinypic.com/2nld2xt.jpg

 

http://i39.tinypic.com/2csh2bn.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Salons et dédicaces
commenter cet article

commentaires

F/. 17/11/2011 10:22


Superbe compte-rendu, Mélanie, et très émouvant, merci !


Mélanie Fazi 17/11/2011 13:28



Merci ! Et je lis sur ton blog que tu passais là par hasard, tu avais bien choisi ton jour. Il m'avait bien semblé t'entrevoir brièvement au milieu des gens.



Travis 16/11/2011 22:15


J'aime beaucoup ton portrait de Lucius Shepard, on sent la fatigue de l'homme et il y a quelque chose qui se dégage de lui, je ne sais pas quoi mais c'est beau.

Et Ian McDonald m'a fait beaucoup rire aux Utopiales, il était toujours joviales, la banane et se promenant à droite à gauche avec une vivacité rigolote.


Mélanie Fazi 16/11/2011 23:30



Merci ! J'aime beaucoup ce portrait aussi, quelque chose qui passe dans le regard.



Florian 16/11/2011 13:31


Mince, qui l'eut cru, les auteurs sont en fait des gens ordinaires, avec qui on peut même parler !
Je ne sais pas trop pourquoi, mais j'ai toujours trouvé amusant dans les salons du livre de voir les auteurs s'entre-dédicacer leurs oeuvres... l'admiration est trop souvent à sens unique !


Mélanie Fazi 16/11/2011 23:32



On a beau savoir dans l'absolu que ce sont des gens ordinaires, ça fait toujours un drôle d'effet de rencontrer quelqu'un dont les oeuvres ont compté, d'un seul coup ils deviennent moins
"abstraits". J'avoue que je perds tous mes moyens chaque fois que je vais faire signer un livre à Nancy Huston notamment, je n'ai jamais réussi à avoir un échange cohérent avec elle. Elle
m'impressionne beaucoup trop.



Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives