Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 22:02

 

 

 

Pour commencer, j’ai enfin le plaisir de vous présenter une interview avec John Parish réalisée l’an dernier pour le Cargo et dont la mise en ligne avait été repoussée plusieurs fois suite à divers problèmes techniques. Elle a été réalisée pendant la tournée A woman a man walked by avec PJ Harvey et porte essentiellement sur leur collaboration. Il y a longtemps que j’espérais pouvoir interviewer John Parish, avec qui je suis en contact depuis l’époque où je m’occupais du site semi-officiel Louse Point. John étant une des personnes les plus adorables que je connaisse, ça a forcément été un très agréable moment. L’interview est en trois parties, je ne poste ici que la première.

 

 

 

 

 

J'en profite pour rappeler que John et son groupe (Marta Collica dont j'ai parlé ici récemment, Giorgia Poli, Jeremy Hogg et l'excellent batteur Jean-Marc Butty) seront en concert au Batofar le 20 juillet pour interpréter ses musiques de film.

 

And now, for something completely different… Je ne sais pas si ce sont réellement les cent meilleures insultes du cinéma (il manque au moins Pulp Fiction et les vacheries sublimes de Linda Fiorentino dans Last Seduction), mais il y en a de savoureuses. Je suis très fan du « You’re an inanimate fucking object ! » de Ralph Fiennes dans Bons baisers de Bruges.

 

 

 

 

 

 

Les plus observateurs reconnaîtront un River Phoenix tout gamin dans Stand by me de Rob Reiner. Je viens justement de le revoir, et je me demande si ce film-là n’est pas la plus belle adaptation de Stephen King que je connaisse. J’y retrouve en tout cas l’émotion particulière que je cherche dans ses livres, et sur laquelle trop d’adaptations font l’impasse. Il y a quelque chose de très beau dans l’histoire de ces quatre gamins partis à la recherche d’un cadavre à un moment particulier de leur vie, quelque chose de très simple et de très fort à la fois. Une manière de faire sentir par petites touches l’impression de changement imminent, la peur d’être laissés pour compte, et de saisir en quelques détails le gouffre qui sépare Vern et Teddy – encore immatures et pas très futés – de Chris et Gordie qui cheminent déjà vers l’âge adulte. Les scènes entre ces deux-là sont magnifiques – Gordie que ses parents négligent depuis la mort de son frère, et Chris condamné à porter l’étiquette de raté pour être né dans la mauvaise famille. J’avais oublié quelle grâce possédait River Phoenix, même tout gamin. Ça ne rend les scènes finales qu’encore plus poignantes.

 

Si tout va bien, je posterai en cours de semaine pour annoncer officiellement un projet auquel je tiens beaucoup. En attendant, je vous laisse avec une entrée du blog de Lionel Davoust dans laquelle figure en guest star le Poppet dont j’ai posté pas mal de photos récemment. (Photos réalisées sans trucage pendant le salon du livre de Saint-Maur.)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Bric-à-brac
commenter cet article

commentaires

Fab 06/07/2010 14:33


Merci Mélanie pour Stand By Me et ce que tu en dis. Je l'ai revu il y a peu et je m'étais fait les mêmes remarques, en me demandant entre-autres si beaucoup réalisaient à quel point le film a su
garder la sensibilité du livre sans tomber dans le larmoyant-guimauve. Wil Wheaton est devenu un écrivain fort sympathique, et il parle très régulièrement de Stand By Me et de ce que Stephen King
représente pour lui.


heidi 05/07/2010 20:10


Je regrette que mon anglais ne me permette de comprendre que la moitié de cette collection d'insultes... J'ai tout de même réussi à pouffer 2 ou 3 fois. Merci!


Florian 04/07/2010 23:51


Oh non, je suis drôlement déçu, j'espérais t'entendre parler d'un bel accent anglais dans l'interview, et tu es censurée par un espèce d'orgue électrique !!!


Mélanie Fazi 05/07/2010 00:21



Hum, je ne suis pas spécialement fière de mon accent dont ça m'arrange comme ça. ;)


Mais je crois qu'on m'entend quand même à deux ou trois reprises.



Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives