Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:47

Auguste lectorat, si tu permets que je t’appelle Auguste et que j’emprunte l’expression ™ à Lionel Davoust sans qu’il ne me réclame de droits, j’espère que tu me pardonneras mon silence de ces dernières semaines. J’ai passé mes journées immergée dans la traduction de Warbreaker de Brandon Sanderson (roman d’un tout petit million de signes, une paille comparé à Fils-des-brumes) et mes soirées perdues dans les méandres de Silent Hill 3 ou les grands espaces du très chouette jeu de western Red Dead Redemption. Le reste du temps, je me creuse la cervelle pour honorer deux commandes de nouvelles d’ici la fin de l’année. Bref, en l’absence de temps et/ou de motivation, vous aurez échappé entre autres à une entrée comparative sur les différentes reprises du plus beau générique de série de ces derniers temps, celui de Game of Thrones – la série est diffusée depuis moins de trois mois et voilà qu’il existe déjà une reprise métal, une autre au violon, et une version imitant les musiques de jeux vidéo 8 bits. Vous aurez aussi coupé à des réflexions brouillonnes sur des thèmes qui me travaillent pas mal, notamment l’inévitable schizophrénie qui me semble accompagner l’acte de création. En schématisant, comment gérer le fait que ce que l’on considère comme une qualité nécessaire chez un auteur soit aussi un défaut rédhibitoire chez un être humain, comment porter un regard différent sur le monde sans que ce regard finisse par être complètement tordu dans la vie de tous les jours, et autres questions du même genre. J’en reparlerai peut-être plus tard (ou peut-être pas), mais tout ça m’interpelle pas mal.

 

Mais ce n’est pas le sujet de l’entrée du jour. J’avais déjà parlé ici de Little Big Planet, jeu de plateforme mignon comme tout qui permet de créer ses propres niveaux, ce qui a permis à pas mal de joueurs de se lâcher de manière extrêmement créative. Je viens de découvrir qu’il existe notamment pas mal de niveaux revisitant des scènes de film, quand elles ne recréent pas carrément des classiques du jeu vidéo. Je suis tombée sur des niveaux inspirés par Les Simpson, Resident Evil, ou encore Super Mario :

 

 

 

 

Et surtout, là où je suis restée en arrêt devant l'inventivité de certains, c’est quand j’ai découvert le nombre de niveaux inspirés par Silent Hill. Notamment celui-ci, qui rejoue les dix premières minutes de Silent Hill 2 :

 

 

 

 

Pour ceux qui voudraient comparer, l’original est visible ici. Je suis aussi tombée sur un niveau qui met en scène un petit Pyramid Head mimi tout plein (pour ceux qui n’ont pas joué à Silent Hill 2, c’est un peu comme imaginer Freddy Krueger ou le Pinhead de Hellraiser représenté par un ours en peluche). Recréer un jeu à l’intérieur d’un autre jeu, comme mise en abyme, je trouve ça assez fort.

 

J’en entends certains grommeler dans le fond « Elle commence à nous gaver avec Silent Hill. » Mais ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve face à un authentique chef-d’œuvre du jeu vidéo qui continue à vous hanter des semaines après la fin. Je sais ne pas être la seule à penser qu’il y a un avant et un après Silent Hill, ni la seule qui ait eu du mal à en revenir ensuite. Voilà quelques jours que je joue à Silent Hill 3, et même si je le trouve excellent, moins répétitif que les précédents et extrêmement prenant, j’ai déjà le sentiment que le meilleur de la série est derrière moi et que rien n’égalera jamais la claque de Silent Hill 2, sa richesse ni sa puissance symbolique et psychologique. Mais j’espère me tromper.

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Bric-à-brac
commenter cet article

commentaires

FH 29/07/2011 17:50


Est-ce que la schizophrénie ne frappe pas spécialement l'auteur de fantastique ? ^_^

Après tout, c'est un genre qui suppose (d'après l'excellente analyse de Joël Malrieu) un personnage affecté par une scission du moi que le phénomène fantastique va justement venir mettre en
évidence.


Miss Spooky Muffin 18/07/2011 08:33


Très belle scène en effet mais tu n'es pas encore au bout de tes surprises, enfin... je ne dis rien, mais je pense que tu ne devrais pas regretter la fin ! Nightblood est un "personnage" original
elle aussi, je regrette presque qu'on ne la voie pas un peu plus...
Enchantée que tu t'attaques à The Allow of Law après, j'ai lu le premier chapitre et je sens qu'il va être génial lui aussi, l'addition des armes à l'allomancie apporte un petit côté western
réjouissant !


Mélanie Fazi 18/07/2011 12:00



J'essaie de ne pas avoir trop d'attentes pour ne pas risquer d'être déçue, mais je fais confiance à l'auteur, j'adore sa façon d'emboîter tous les éléments à la fin des romans. Pour Lightsong, il
ne me reste que deux ou trois jours de boulot sur le premier jet, donc je vais savoir très vite. ;)



Miss Spooky Muffin 17/07/2011 22:01


Je ne sais pas si c'est une coïncidence qu'une grosse partie de mes livres favoris soient traduits par toi, mais après avoir réussi à convaincre tout le monde de lire Mistborn (et les Poppy, mais
ça c'est une autre histoire), je vais pouvoir commencer à les tanner avec Warbreaker, ce sera plus rapide que d'attendre qu'ils se mettent à l'anglais !
Encore merci pour ton excellent travail et j'espère que tu seras subjuguée par la fin de Warbreaker (surtout en ce qui concerne Lightsong...).


Mélanie Fazi 17/07/2011 22:28



Merci ! Concernant "Warbreaker", je viens de traduire le passage où l'on apprend le lien exact entre Llarimar et Lightsong (très belle scène d'ailleurs) mais je ne sais pas encore s'il y a
d'autres révélations sur Lightsong. J'adore ce personnage en tout cas. J'aime aussi beaucoup l'épée Nightblood, surtout lorsque l'on comprend d'où vient son caractère un peu "spécial". ;) Je ne
sais plus trop quand la sortie est programmée, mais j'enchaîne ensuite avec "The Alloy of Law" (le quatrième Mistborn).



Gérard Eloi 17/07/2011 10:09


Salut Mélanie,

Comme déjà dit, je ne connais rien aux jeux que tu présentes : trop modernes pour moi !

Mais la schizophrénie du créateur dont tu parles dans ton intro m'a interpelé.
Schizophrénie peut s'appliquer notamment à Chattam, dont je t'ai déjà parlé. Mais le Chattam de la trilogie du mal n'est pas celui des arcanes du chaos : il y a donc au moins deux schizos en
lui.
Idem, le Grangé de la ligne noire, s'il est encore plus gore, n'est plus du tout celui du concile de pierre.

Il y avait aussi (au moins) deux personnes en Nerval. Ce qui est "expliqué" (bien que je ne sois pas d'accord avec la démonstration) dans " La dernière enquête du chevalier Dupin", de Fabrice
Bourland.

Un jeu,...ou plutôt une question sans réponse pour conclure : pourquoi donc le héros d'Edgar Poë s'appelait-il Dupin ?


Nico Bally 16/07/2011 16:53


Elle commence à nous gaver avec Silent Hill.


(:p)


Mélanie Fazi 16/07/2011 17:05



Silence, dans le fond !



Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives