Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 15:09

 

Une impression me frappe alors que je cherche à mettre des mots sur ce qui fait l’impact des Hauts de Hurlevent (terminé ce matin au petit déjeuner) : une sorte d’ambiance « fin de race », une impression de déliquescence, je ne sais pas comment le dire autrement. Il s’agit d’un roman où les humains, livrés à eux-mêmes au cœur d’une nature hostile et quasiment privés d’interactions avec leurs contemporains, n’ont que deux choix possibles. Redevenir des animaux, comme les Earnshaw après la mort des parents, et plus encore lorsque Heathcliff récupère Wuthering Heights ; ou des aristocrates ineptes et mollassons comme les Linton, qui vont d’ailleurs produire en bout de course la pire caricature d’eux-mêmes en la personne d’un mollusque anémique justement prénommé Linton, ce gamin geignard et souffreteux qui a le bon goût de mourir jeune en épargnant au lecteur d’inutiles souffrances. Le monde et le reste de l’humanité existent à peine : on ne saura jamais d’où est venu Heathcliff, ni d’où venait l’argent qu’il a amassé lors de sa disparition. Le jeu de miroir entre les deux familles et les deux maisons, à travers les alliances et les déplacements des personnages, est assez fascinant. Jusque dans les noms, me semble-t-il : Heathcliff, qui ne possède aucun patronyme, est une famille à lui tout seul ; Linton porte comme prénom le nom de jeune fille de sa mère ; et le roman compte deux Catherine, mère et fille, une Earnshaw et une Linton.

 

C’est cette impression de sauvagerie et d’enfermement qui place le roman à part. Dans cet environnement, il suffit de peu pour transformer un gentil petit garçon à l’esprit vif en bête sauvage fière de sa propre bestialité – il suffit de le retirer à la garde de la gouvernante Nelly Dean pour le laisser grandir entre son père (pas très longtemps), le serviteur Joseph (dont les dialogues à peine intelligibles renforcent l’impression d’animalité ambiante), et Heathcliff qui s’amuse à le regarder s’avilir. Il suffit aussi que deux adolescents du même âge se rencontrent pour qu’ils tombent amoureux, simplement parce qu’ils n’ont jamais rencontré personne d’autre de leur génération. Dans ce contexte, personne ne semble se formaliser que Cathy (deuxième du nom) tombe amoureuse deux fois de ses propres cousins, et personne ne semble gêné par l’idée qu’elle puisse les épouser (remarquez, avec Linton, au moins, le mariage ne risquait pas d’être consommé).

 

Autre élément qui m’a frappée, l’omniprésence de la mort et de la maladie. C’est un roman où les personnages tombent comme des mouches à tout bout de champ. Question d’époque, mais je trouve que ça prend une tout autre dimension quand on le met en parallèle avec l’histoire de la famille Brontë, ou en tout cas ce que j’en connais – de la même manière que le début de Jane Eyre rappelle l’école où les deux sœurs aînées de la famille sont mortes très jeunes à cause de conditions d’hygiène déplorables. Ça fait partie des petits détails qui ravivent ma fascination pour l’histoire de cette famille, et pour Emily en particulier. J’ai lu adolescente un roman de chacune des trois sœurs et la mise en parallèle des trois était assez frappante. The Tenant of Wildfell Hall (écrit par Anne) m’a fait l’effet d’un petit bouquin très plat et très ennuyeux, une sorte d'archétype de roman anglais de cette époque. Jane Eyre (de Charlotte, donc) était déjà bien plus barré, même si ça restait un roman beaucoup plus policé que celui d’Emily – on y retrouvait quand même quelques éléments de cette sauvagerie. Mais rien qui égale cette noirceur, cette impression de déliquescence et de bestialité, qui hantent les pages des Hauts de Hurlevent.

 

Je vous rassure, je ne vais pas continuer longtemps à tourner en boucle autour de ce roman. Mais ça fait un bien fou de retrouver intacte l’obsession éprouvée pour un livre qu’on avait adoré à l’adolescence. Il y a des romans tellement uniques, tellement denses, tellement « autres » qu’ils ne vieillissent jamais. Je crois que celui-là ne prendra jamais une ride.

 

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Livres
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 01:15

 

Le petit plaisir du week-end : découvrir par hasard un parc à deux minutes de chez moi, devant lequel j’étais passée plusieurs fois sans le remarquer, et trouver l’endroit onirique à souhait, comme une bulle de verdure larguée entre les rails et les immeubles. Peut-être simplement parce que la machine à fabriquer des images qui donnent naissance aux histoires fait mine de se réveiller depuis quelques jours. La faute aux rails qui traversent mon nouveau quartier à plusieurs endroits et qui travaillent pas mal mon imagination. Je croise les doigts pour qu’il en sorte quelque chose dans les semaines qui viennent : j’ai trop peu écrit en ce début d’année.

 








Toujours est-il que le premier coup de soleil de l’année aura été pris dans ce parc en relisant Les Hauts de Hurlevent. Heathcliff, me disait récemment une amie, est un des plus beaux méchants de toute la littérature. Je suis assez d’accord, même si je me surprends à éprouver plus de compassion pour le bonhomme que lors de ma première lecture. Je n’avais pas compris la première fois que Heathcliff ne se vengeait pas seulement parce qu’il n’a pas pu épouser Catherine. Il se venge aussi, voire surtout, de toutes les humiliations subies au fil des années, ce qui éclaire le roman différemment. La façon dont il transforme Hareton, le fils du frère de Catherine, en brute quasi animale, à l’image de l’adolescent qu’il a été, est glaçante ou poignante selon les passages. C’est un des aspects du roman que j’avais totalement oubliés, mais c’est celui qui m’a le plus frappée cette fois-ci, outre le côté extrême des personnages et des passions qui les animent, à l'image de la nature qui les entoure. Tout ça me donne des envies de me replonger dans l'histoire de la famille Brontë, histoire de mieux comprendre quel environnement a pu donner naissance à un roman comme celui-là. Et aussi de relire Jane Eyre, dans la foulée.

 

Une question subsiste : pourquoi la chanson de Kate Bush m’émeut-elle à ce point alors qu’elle adopte le point de vue du fantôme de Catherine – qui reste quand même l’un des personnages les plus insupportables du roman ?

 

À propos de Kate Bush, une autre chanson pour terminer le week-end. Parce qu’elle colle parfaitement à ce parc, ces rails, cette impression d’onirisme et aux images qui me tournent dans la tête depuis. Je ne peux pas vous expliquer, j’espère simplement qu’il en sortira quelques pages.


 

 
Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Photos
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 23:27

 

Immersion dans un milieu encore relativement nouveau, épisode suivant : comment s’amuser des heures avec un grand miroir, une affiche d’Amanda Palmer et un kingsnake en peluche, souvenir du zoo Audubon de La Nouvelle-Orléans. Ça fera un chouette boa pour l’hiver.

 





Je voulais poster cette entrée pour le plaisir de reproduire ici un dessin découvert sur le blog de Fetish Cat, dont j’aime décidément beaucoup le style, assez « burtonien » par certains aspects, surtout pour le mélange du trait un peu naïf avec des éléments horrifiques. Le dessin en question est tiré d’un compte-rendu de la dernière édition de Trolls & Légendes. C’est la première fois que je me vois dessinée façon manga – notez le détail plutôt bien vu de la gaufre, on avait effectivement passé tout le week-end à s’en goinfrer derrière notre table avec Laurent Genefort et Anne Guéro (Ange). Je ne vous raconte pas comme c’est pratique d’éviter ensuite les taches de gras sur les dédicaces. Mais le détail qui me fait craquer, et j'en rigole encore, c’est le mini-goth avec les crocs et l’accent du sud, sur la droite – vous aurez bien entendu reconnu… le seul, l'unique, le vrai... (clic)





 

Tout en rédigeant cette entrée, je suis en train d’écouter en fond sonore les conférences enregistrées aux Imaginales d’Epinal par l’équipe d’ActuSF, mises en ligne ici. Je fais de la figuration ici, lors de la table ronde sur le thème « Acrobates, jongleurs et cirques en tous genres » où je n’ai pas forcément grand-chose de renversant à raconter, surtout à côté de Francis Berthelot, Xavier Mauméjean et Jean-Claude Dunyach qui maîtrisent un peu mieux le sujet. Comme chaque fois que je m’entends enregistrée, j’ai du mal à me rendre compte que je parle réellement avec un débit pareil – mais comme tous les copains que j’écoute depuis tout à l’heure dans le poste y causent avec leur vraie voix que je leur connais dans la vraie vie, je suppose que moi aussi (soupir). Plus sérieusement, je vous conseille tout particulièrement cette conférence-ci que je regrette d’avoir raté car elle est assez savoureuse. Et je tire mon chapeau à Lionel Davoust qui a dû en baver avec la traduction et s’en sort haut la main comme toujours. Lionel a juste la classe absolue quand il joue les interprètes.

 

À propos de tables rondes, j’en profite pour vous donner un lien vers le programme du colloque « La fantasy en France aujourd’hui » qui se tiendra à Villetaneuse (à 10 minutes de la gare du Nord, nous souffle-t-on) les 10 et 11 juin. Je participerai en bonne compagnie à deux tables rondes dont je vous recopie le programme ci-dessous :

 

Mercredi 10 juin, 11h20-12h45 :

Aux marges du genre, table ronde présidée par Anne Besson


Avec : Francis Berthelot (cycle romanesque « Le rêve du démiurge »), Mélanie Fazi, romancière et novelliste, prix Merlin pour Matilda, Xavier Mauméjean (La Vénus anatomique, Lilliputia), Jérôme Noirez (Féérie pour les ténèbres, Leçons du monde fluctuant), Pierre Pevel (Wielstadt, Ambremer, Les Lames du Cardinal)

 

Jeudi 11 juin, 10h15-12h15 :

La fantasy traduite, table ronde présidée par Corinne Abensour


Avec : Jacques Baudou, Célia Chazel (éditions Mnémos), Mélanie Fazi, Florent Grandin (auparavant aux éditions Diable Vauvert), Delphine Martin (traductrice des Lettres, des Enfants de Húrin de Tolkien et du site internet www.tolkienestate.com), Alain Névant (éditions Bragelonne), Audrey Petit (directrice de collections chez Hachette), Dominique Poisson (Terre de Brume).

 

Venez nombreux, etc, etc. Pour les détails pratiques et le programme complet, cliquez sur le lien ci-dessus (grosse flemme inside).

Et à part ça ? Une nouvelle qui vient tout juste d'être acceptée pour une anthologie à paraître dans le courant de l'année. Non, je ne vous dirai pas de quoi ça cause, comment ça s’intitule (pas sûre du titre définitif) ni où l’antho est censée paraître, mais je suis d'autant plus ravie que le texte me tenait à coeur. J’en reparlerai le moment venu. Et il serait temps que je recommence à cogiter sur les autres appels à textes qu’on m’a soumis ces derniers temps. Curieuse de voir à quoi ressembleront les textes écrits dans mon environnement tout neuf. On n’y traduit pas trop mal, pour commencer.

 

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Salons et dédicaces
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 23:08

Deux jours plus tard, résultat des courses : 24 minutes d’interview avec John Parish, que je viens de récupérer et que je dois trouver un moment pour traduire. J’ai un sourire jusqu’aux oreilles en la revoyant. C’est tout simplement un des types les plus adorables du monde, aussi accueillant et chaleureux qu’il est discret sur scène. J’ai autant d’admiration pour le musicien que de sympathie pour le personnage. Lundi matin, on se retrouve à 11h avec Renaud dans le hall de l’hôtel où loge le groupe, on rejoint tranquillement un café que John nous suggère pour l’interview. La matinée est ensoleillée, John porte un des T-shirts promo de la tournée, on bavarde en route. Je suis en contact avec lui depuis maintenant un peu moins de dix ans, depuis la création du site amateur Louse Point qui lui est consacré et que j’avais démarré avec deux correspondants, l’un belge et l’autre suédois. Je l’ai croisé un certains nombre de fois, mais les occasions de discuter tranquillement ne sont pas si fréquentes – John est quelqu’un d’extrêmement accessible après les concerts, mais il est du coup toujours très entouré. J’adore quand une interview ou une session permet ce genre de moments tout simples où on n’est plus dans un rapport de fan et d’artiste. Je ne sais pas trop quand je vais trouver le temps de traduire l’interview, mais j’essaie de faire ça vite.




 


Dans la foulée, Renaud a filmé à l’hôtel une session Cargo avec Tom Brosseau, qui assurait la première partie de PJ Harvey et John Parish sur les trois dates que j’ai vues. Je connaissais son album Cavalier, justement produit par John, et j’aimais assez sa folk mélancolique et délicate. Du coup, je suis restée assister à la session et prendre les photos. Comme le bonhomme est charmeur et gentiment cabotin, c’était assez amusant.





 

Je ne sais pas si le concert de lundi soir était, comme il m’a semblé, un cran en dessous des précédents, ou si j’étais juste trop crevée pour l’apprécier, ayant trié mes photos jusqu’à pas d’heure la veille. Ce que je retiendrai surtout de cette date, c’est le fait de m’être retrouvée pile face à la batterie et d’avoir pu apprécier mieux que les fois précédentes le jeu de batterie fascinant et la gestuelle toute en grâce de Jean-Marc Butty (un de mes batteurs préférés, comme j’ai déjà dû le dire ici). L'un des moments qui m'ont le plus touchée était, encore une fois, l’enchaînement de Urn with dead flowers in a drained pool et de Civil war correspondent (je vous joins une vidéo du concert de la veille). J’ai dû voir jouer Civil war correspondent quelque chose comme sept fois en live depuis 1998 et le résultat a toujours été d’une égale intensité : jamais d’accroc, jamais de baisse de forme, rien qu’un morceau qui touchait à la perfection. Et tant qu’à faire, je vous ajoute Taut, autre extrait de Dance Hall at Louse Point. J’ai vu assez souvent ce morceau en live pour être un peu blasée, mais il produit toujours son petit effet. L’une des photos de l’entrée précédente a été prise pendant ce morceau. Accessoirement, je me suis aperçue au premier rang sur une autre vidéo du même concert. Je ne m’étais pas rendu compte que j’avais eu un mouvement de recul quand PJ Harvey était passée pile devant moi pendant que je prenais mes photos. C’est qu’elle impressionne dans ces moments-là.

 





Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Musique
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 02:43

Connexion au Net récupérée aujourd’hui, le téléphone a encore des ratés mais l’essentiel est là. J’ai pensé plusieurs fois poster une nouvelle entrée de blog ces derniers jours puis renoncé par flemme et/ou pour cause d’accès au Net peu pratique. L’emménagement se poursuit petit à petit. J’ai des étagères et des stores, et les cartons (de livres) pas encore défaits se comptent maintenant sur les doigts de la main. J’ai l’impression d’habiter un nouveau corps, beaucoup plus agréable et léger que l’ancien. Il paraît que ça se voit. Il paraît aussi que le nouvel appartement me ressemble beaucoup plus que l’ancien. Je me l’approprie par petites étapes. Défaire les cartons, recevoir des gens, travailler toute une journée dans le coin bureau, prendre mon premier petit déjeuner dominical à la table du salon en regardant Dr House.

 

Je ne sais pas si c’est lié au lieu mais j’ai des envies de lire ou relire des classiques de langue anglaise. Je suis en pleine redécouverte des Hauts de Hurlevent et je retrouve ma fascination pour l’histoire de la famille Brontë, ou ce que j’en connais, et pour ce roman en particulier. Je pensais que le côté excessivement sombre et sauvage du livre passerait moins bien à 32 ans qu’à 16, mais je marche toujours à fond. J’avais juste oublié que Catherine, l'ombre qui hante tout le roman même bien après qu'elle a quitté la scène, était cette garce arrogante et tête à claques. Les personnages sont tous plus tordus les uns que les autres et c’est ce qui fait tout le sel du roman. J’ai la chanson de Kate Bush qui me tourne régulièrement en tête depuis quelques jours. Normal.




 

Je ne dirai pas grand-chose des Imaginales qui sont passées en un clin d’œil : c’était la première fois que je n’y restais qu’une journée et demi. À peine le temps d’arriver, de saluer les amis et collègues, de discuter avec des lecteurs dont plusieurs habitués que j’y croise régulièrement, et hop, déjà l’heure de reprendre le train. La faute en partie à un concert que j’attendais depuis longtemps et qui avait quand même eu le bon goût de ne coïncider que partiellement avec le salon. S’il était tombé le samedi soir, ça aurait été un tout autre dilemme.





Parmi les artistes que j’admire et que j’ai beaucoup vus en concert mais que je n’avais pas encore photographiés, il y avait PJ Harvey. C’est désormais chose faite, et j’avoue que je suis toute fière du rendu de certaines photos (la série est visible ici). J’ai déjà dit ici à quel point j’attendais ces retrouvailles scéniques avec John Parish, d’autant que le groupe comptait deux autres excellents musiciens que j’avais déjà pas mal vus sur scène : Eric Drew Feldman au clavier, Jean-Marc Butty à la batterie. Il se fait trop tard pour un compte-rendu détaillé. Je dirais juste qu’entendre pour la première fois en live certains morceaux de l’album Dance Hall at Louse Point que j’ai tellement écouté depuis 1996 était particulièrement émouvant. Je pense en particulier à Urn with dead flowers in a drained pool qui a toujours été un de mes morceaux préférés de l’album, pour le son de guitare et le côté un peu chaotique de sa structure. Et que parmi les morceaux du nouvel album coécrit par PJ Harvey et John Parish, ceux qui passent le mieux sont les plus barrés (Pig will not était jubilatoire). Et que si je n’avais plus ce soir d’effet de surprise en voyant tout ce beau monde au Bataclan, ayant déjà assisté au même concert à Bruxelles jeudi dernier, je suis impatiente de les voir pour la troisième et dernière fois en une semaine (et si tout se passe bien, d’interviewer John Parish ce lundi matin). Deux concerts quasi identiques, jusqu'à l'ordre de la setlist, mais deux purs moments de bonheur.

 

 









Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Bric-à-brac
commenter cet article
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 23:14

J+1


Ma vie parmi les cartons, épisode suivant. J'adore les couleurs de ma chambre et on dort super bien dans mon nouveau lit. J'ai une table de salon qui permet de prendre des photos hyper conceptuelles. J'ai cru ne jamais venir à bout des cartons, mais les amis qui m'ont servi de déménageurs m'ont considérablement allégé la tâche ce samedi. Le déménagement lui-même a finalement été le jour le plus reposant de la semaine.

Là, présentement, j'ai une monstrueuse envie de dormir et hâte que les étagères de la chambre et du salon soient posées pour pouvoir commencer sérieusement le déballage, mais je suis ravie et soulagée. Demain, je rends les clés de l'ancien appartement et je tourne enfin la page.

Ce communiqué était sponsorisé par la connexion wifi du McDo local.

 




 

Repost 0
Published by Mélanie Fazi
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 00:58



Déménagement ce samedi. Coupure d'Internet probable dès ce jeudi après-midi. A J-3, je passe mon temps à faire la navette entre les deux appartements avec l'impression que mes repères ont déjà commencé à être  chamboulés. Lundi soir, j'aurai rendu les clés du studio que j'occupe depuis neuf ans et où je ne suis déjà plus chez moi. J'ai du mal à mettre des mots sur tout ça, je sais juste que j'attends samedi impatiemment et que ce nouvel espace commence vraiment à ressembler à ce que j'imagine depuis trois mois. La peinture est terminée et rend exactement comme je l'espérais. Premiers meubles livrés ce matin. Ce qui était encore un espace vide hier commence à devenir habitable. J'ai un lit, une armoire, deux tables et des étagères. En attendant samedi, j'apprivoise le quartier tout autour.

A propos de quartier, c'est lui qui a dicté le choix de la première chanson écoutée dans le nouvel appart en attendant la livraison des meubles. Je parlais récemment avec un fan de musique pas moins geek que moi (qui se reconnaîtra s'il passe dans le coin) du rituel consistant à baptiser un nouveau logement en choisissant soigneusement la première chanson. Je pensais que ce serait Joni Mitchell ou David Bowie, finalement ça a été Ironbound de Suzanne Vega. Cette description d'un quartier new-yorkais vu sous un angle légèrement exotique (notamment à travers le détail des femmes portugaises qui fréquentent le marché) me rappelle le rapport que j'entretiens actuellement avec mon nouveau quartier. On verra ce qu'il en restera dans quelques mois, quelques années.

Reste encore le gros coup de panique des cartons à terminer. Je ne sais pas comment je vais m'en sortir en à peine 48h, mais il faudra bien.

Rendez-vous là-bas quand j'aurai retrouvé le Net, donc.





Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Bric-à-brac
commenter cet article
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 23:40


 



Ça se confirme décidément à chacun de ses passages en France, mais je n’ai jamais vu d’artistes qui aient autant la poisse qu’Eleni Mandell. Ça en devient intrigant. Comment expliquer autrement le fait qu’elle ait joué hier aux « Femmes s’en mêlent », en tête d’affiche, devant une salle quasiment vide alors que ladite salle était comble pendant le set de Those Dancing Days, dont le public n’a même pas eu la curiosité de rester voir quelques minutes à quoi ressemblait le dernier set de la soirée. J’ai échangé un regard dégoûté avec une amie qui est aussi fan que moi d’Eleni Mandell et avec qui on a souvent parlé de ce manque de bol persistant – l’air de dire « C’est pas vrai, ça recommence. »

 

Je me suis déjà étendue sur le sujet ici et ailleurs, mais il y a un malentendu persistant et assez inexplicable : il ne fait absolument aucun doute qu’il existe un public et un marché pour sa musique en France, mais la rencontre ne se fait pas. Il y a eu un buzz naissant après son passage renversant aux « Femmes s’en mêlent » en 2003, le concert où je l’ai justement découverte, mais ça n’est pas allé plus loin. A chaque concert, de nouveaux convertis se précipitent (comme je l’avais fait en 2003) au stand marchandises pour acheter ses albums en se promettant de la suivre de près. Mais une année après l’autre, elle n’assure que des premières parties ou joue dans des salles vides. Pour la voir se produire dans de bonnes conditions et devant un public connaisseur et attentif, il avait fallu que j’aille à Bruxelles en 2007. Mais ici, rien à faire. Quand je pense qu’il s’agit de la même personne dont les morceaux retiennent systématiquement l’attention quand je fais écouter à des amis des compils d’artistes variés (on me demande quasiment toujours de qui il s’agit), ça me laisse songeuse. Pauline ou Snake Song sont des tubes, mais connus à peine d’une poignée d’initiés.

 

Et Pauline, hier soir, ça déchirait toujours autant. Le concert avait pourtant mal commencé. La faute à un son épouvantable qui noyait la voix dans une bouillie sonore. Ce qui fait tiquer dans la mesure où c’est la voix d’Eleni, avant toute chose, qui retient l’attention sur scène. Mais je sais, d’expérience, qu’avec elle c’est toujours quitte ou double. Une fois sur deux, c’est en dents de scie – début hésitant, final superbe. Et une fois sur deux, on ramasse sa mâchoire et on se prend en pleine figure un spectacle d’une intensité constante de bout en bout, le genre de concert dont on se souvient longtemps. Hier, c’était la première option. Sur un morceau comme Artificial Fire, j’ai eu l’impression d’un vrai gâchis, dans la mesure où les gens qui l’entendaient pour la première fois, à cause de ce son approximatif, ont dû passer totalement à côté de la mélodie entêtante qui fait tout le sel du morceau (cette même mélodie qui m’avait tellement scotchée quand je l’avais découverte en live, en solo acoustique, dans la même salle un an plus tôt). Mais dès le premier morceau en demi-teinte, Dreamboat, l’ambiance s’est enfin installée et le reste du concert a été très beau. J’ai toujours une nette préférence pour les morceaux où les arrangements restent en retrait derrière la voix – voire ceux qu’elle joue en solo, comme Home qui me file toujours la chair de poule. Tout ce qu’on peut faire de plus poignant en matière de country mélancolique est contenu dans ce morceau.

 

J’ai l’impression de tenir les mêmes propos chaque fois qu’Eleni Mandell sort un album ou se produit en France. Ça fait maintenant six ans que l’énigme de sa non-rencontre avec le public français me sidère. Si ce n’est pas de la poisse caractérisée, je ne sais pas comment qualifier le phénomène. Je n’imagine même pas à quel point elle doit trouver ça usant, une année après l’autre, de devior toujours faire ses preuves. Et depuis tout ce temps, le public français ne sait pas à côté de quelles merveilles il passe.

 

Tentative d’illustration par cette version live de Nickel-Plated Man dont on a entendu une version magnifique hier soir. Ça ne vous dira pas à quel point l’instant était beau – aucune vidéo ne rend justice à l'intensité de ses concerts. Mais ça vous donnera peut-être une petite idée.


 



 
Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Musique
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 23:38

Version moderne du rocher de Sisyphe ou du tonneau des Danaïdes : essayer de faire tenir toute sa collection de livres dans une série de cartons. Quand y en a plus, y en a encore. Les morts ont leurs artères, disait Clive Barker ; les livres doivent avoir leurs passages secrets. Je ne sais pas où ils se planquaient pendant tout ce temps. Et je ne veux même pas penser au déballage.


A J-10, mon appart commence à ressembler à une version cartonnée du Réseau qui envahissait la ville d'Urbicande dans la série des Cités obscures
.

 

Et je ne dois pas être aussi girlie que je le pensais, finalement : une partie déjà conséquente de ma garde-robe tient dans trois malheureux cartons. Les livres, par contre...

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Bric-à-brac
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 00:40



 

Il est probable que je me fasse plus rare ici dans les semaines qui viennent. Ça fait plusieurs fois cette semaine que je repousse le moment de rédiger une entrée, alors que je passe mon temps à me dire « Tiens, je pourrais poster pour parler de ça, ça ou ça. » De Trolls et Légendes où je me suis bien amusée et où on a enchaîné les tournées de gaufres avec mes voisins Laurent Genefort et Anne Guéro (et où j’ai croisé Mad-Eye Moody et Bellatrix Lestrange tout droit sortis de Harry Potter, cf photo ci-dessus). De la saison 1 de Dr House qu’on m’a offerte récemment et à laquelle j’accroche vraiment bien pour l’instant, quoique certaines scènes ne fassent pas bon ménage avec ma phobie des aiguilles (je profite de l'occasion pour remercier mon généreux donateur s’il passe dans le coin). Du cinquième Kelley Armstrong, Haunted, qui est excellent et sur lequel je fais pas mal d’heures sup pour prendre de l’avance (en accéléré, comme j’ai très envie de connaître la suite). Du fait que j’aie finalement lâché mes lectures en cours pour me replonger dans Le cœur est un chasseur solitaire qui est aussi beau dans mon souvenir – je suis particulièrement touchée par les scènes où la jeune Mick Kelly va s’asseoir devant les maisons des autres, les nuits d’été, pour y écouter la radio et découvrir avec émotion Mozart et Beethoven, Mick Kelly qui rêve d'un piano que sa famille n'aura jamais les moyens de lui offrir. Entre parenthèses, j’ai des fringales de relectures de classique anglophones lus à l’adolescence. Je viens de me commander Les Hauts de Hurlevent. Ado, j’avais adoré la violence et la cruauté de ce roman, je me demande s’il me parlera encore autant.

 

Et à part ça, je suis officiellement propriétaire de mes nouveaux murs depuis mercredi. Je pensais que la signature chez le notaire ne serait qu’une formalité, mais c’est un moment fort qui tient beaucoup du rite de passage. Très clairement, il y a un avant et un après. L’après a consisté à retourner seule apprivoiser ces nouveaux murs totalement vides, encore sales et criblés de trous (les travaux de peinture commencent cette semaine), mais dont je peux désormais faire tout ce que je veux. Je crois que je m’y sentirai bien. J’emménage dans deux semaines. En attendant, ça commence à devenir compliqué de slalomer entre les cartons dans mon studio actuel – et pourtant, je n’ai pas encore vraiment commencé à tout emballer.

 

D’ici là, il y aura une journée chargée en dédicaces le samedi 25 avril. À partir de 15h, je participerai à l’après-midi Hot pepper’s calling organisé par Charlotte Bousquet, puis à partir de 18h à la dédicace consacrée à l’anthologie Dragons, qui vient de paraître et dans laquelle je publie une nouvelle, « Dragon caché ». Comme je suis une grosse flemme, je vous donne les liens plutôt que les détails.

 

Et puis j’ai enfin trouvé un moment pour rédiger ma chronique de l’album de PJ Harvey et John Parish, que je trouve toujours aussi excellent et qui m'épate par son audance. Elle est disponible ici sur le Cargo.

 

La chanson du jour, ce sera Lhasa, sans autre raison que le fait que je me repasse en boucle cette pure merveille qu'est La Llorona depuis trois jours. Moi qui n'ai jamais appris l'espagnol, c'est le seul album dans cette langue dont je connaisse plusieurs chansons par coeur, notamment celle-ci :


Edit : évidemment, il fallait que la chanson plante, mais vous pouvez écouter la suite ici. J'apprends à l'instant que Lhasa sort justement un nouvel album ce mois-ci. Je suis en joie.

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Bric-à-brac
commenter cet article

Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives