Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 15:52

 

Où la blogueuse, d’humeur fort printanière (ce qui se traduit par une dangereuse tendance aux achats vestimentaires, histoire de changer de peau plus efficacement), s’aperçoit qu’elle a un peu trop tardé à poster les photos du salon de Flers promises le week-end dernier. (Ladite blogueuse, en passant, ne remercie pas Armalite et son blog Le rose et le noir de lui avoir en plus donné des envies d’essais maquillage, également dangereux pour le budget – son blog est décidément très contagieux).

 

Quelques images de la médiathèque sous le soleil, des vitres ornées de prénoms des enfants nés à Flers en 2008, et des inquiétants vestiges d’une exposition photos. Et puis les visages de quelques personnes croisées lors du salon. Depuis Facebook, les fins de salon ont un côté « retour de colo » assez cocasse : on s’empresse de chercher la page des gens qu’on vient à peine de quitter, histoire de s’accompagner encore sur un petit bout de chemin, même de loin.

 

 

 

 

Photo dérobée pendant la rencontre d'Isabel Lopez et Marc Cantin avec une classe

 

 

 

 

 

Pause café à la médiathèque entre deux rencontres scolaires

 

Tatiana Domas 

Béatrice Bottet, déjà croisée à Flers en 2006 

 

Laetitia Zuccarelli et ses poupées 

 

Ella Balaert, dont le court roman Mary Pirate a rejoint ma pile de lecture

 

 

Et le retour des autoportraits en chambre d'hôtel (celle-ci portait le numéro 42, ça ne s'invente pas). 

 

Un salon comme celui-là, c’est un concentré d’expérience. Moi qui travaille à domicile et peux passer des journées entières sans croiser personne, j’ai cumulé davantage d’échanges et de rencontres lors de ces quatre jours que je n’en vis parfois pendant tout un mois. Des bribes de conversation continuent à me tourner dans la tête. Certaines, dans ce contexte, ont pris une résonance particulière, ouvrant à tout un tas de réflexion sur l’écriture. Sur une responsabilité dont on n’a pas forcément conscience, parce que les thèmes qui ne sont que fiction pour nous ne le sont pas pour d’autres, et que nos textes peuvent réveiller des échos. J’expliquais à l’une des classes de Flers le dilemme rattaché au choix des thèmes : écrire sur ce que l’on connaît, et avoir l’impression de tourner en rond, ou bien écrire sur ce qu’on n’a pas vécu, et se demander dans quelle mesure on peut s’approprier l’histoire des autres. Réflexion qui m’aura fait comprendre que le mécanisme qui pousse au choix de ces thèmes est plus complexe et subtil qui n’y paraît, mais ceci est une autre (et longue) histoire. On m’a fait prendre conscience, aussi, de certains thèmes récurrents dans mes textes – la notion de guérison, notamment, surtout à travers « Serpentine » et ses encres aux propriétés fantastiques. Et puis de manière plus prosaïque, c’est un vrai plaisir, en même temps qu’une nécessité, de se voir rappeler que le lecteur n’est pas une abstraction. C’est la somme de tous les noms, les visages, les histoires qu’on croise lors de ces échanges, et qu’on regrette de ne pas pouvoir tous mémoriser. On a trop tendance à croire, si l’on reste longtemps sans vivre ces rencontres-là, qu’on n’écrit réellement que pour soi.

 

Pour finir sur une note plus… foraine, dirons-nous, un extrait de l’album d’Evelyn Evelyn, projet parallèle d’Amanda Palmer et Jason Webley qui vient de sortir. Une douzaine de chansons pour raconter l’histoire tragique (parfois jusqu’au grotesque) de sœurs siamoises cumulant les malheurs et qui passent une partie de leur vie exploitées dans un cirque. Les textes me rappellent le Nick Cave de Murder Ballads, avec cet humour grinçant qui confine parfois au malaise. La musique, comme toujours, est terrible. Je n’ose pas imaginer ce que ces deux zouaves nous réservent pour le concert du 27 avril à l’Européen. Quelque chose de pas ordinaire, forcément.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi - dans Salons et dédicaces
commenter cet article

commentaires

Florian 01/04/2010 19:32


Plutôt sympa... ça me rappelle un peu les films d'animation de Burton, the nightmare before christmas surtout ! J'aime bien ce style, humour noir un peu décalé, musique débridée, comme on en
rencontre souvent dans les festivals d'arts de rue...


Mélanie Fazi 02/04/2010 09:57



Oui, il y a de ça (ce qui me fait penser qu'Amanda Palmer a justement été à la base une artiste de rue qui gagnait sa vie comme statue vivante). Le côté "Tim Burton" était peut-être encore plus
prononcé aux débuts des Dresden Dolls.



Lucie Chenu 01/04/2010 18:06


Je t'avais déjà posé la question, pour Matilda, en fait, mais il y a longtemps et j'avais oublié la réponse :-(
J'aurais été verte, moi aussi de ne pas pouvoir avoir de place ! Il y avait une seule représentation ?
Sinon, dans un autre genre : aimes-tu le Rocky Horror Picture Show ? Je l'ai vu X fois en film et une fois sur scène (et j'étais très troublée que l'acteur soit perruqué de blond au lieu de noir !)


Mélanie Fazi 02/04/2010 10:00



Trois représentations mais pas de réservation possible par Internet, standard saturé, donc il fallait aller sur place (en arrivant trop tard).


Et je connais mal le RHPS, je ne l'ai vu qu'une fois et je n'avais pas spécialement accroché mais je tenterai un deuxième visionnage.



Lucie Chenu 01/04/2010 17:12


Ah, Cabaret, c'est un de mes films culte ! Je te le conseille, vraiment. Quant à l'opera de Quat sous, je l'ai vu/entendu, sur scène et c'est extraordinaire aussi.
Moi, ce sont les Sept Péchés capitaux que je ne connais pas par contre. Du coup, je vais essayer de me trouver ça, et Amanda Palmer, et... les autres chanteuses, aussi, dont tu as pu parler à
l'occasion...

Tiens, ça me fait penser : qui, déjà, t'a inspiré Matilda ?


Mélanie Fazi 01/04/2010 17:17



L'extrait de "Cabaret" me donne bien envie en tout cas... Pour "L'Opéra de quat' sous", figure-toi qu'on est passées à deux doigts d'aller le voir cette semaine avec Charlotte B. mais que les
places sont parties à vitesse grand V, on était vertes. Je l'ai vu une fois au théâtre, j'adorerais le revoir (même si j'accroche moins à la pièce elle-même qu'à sa musique). Pour les "Sept
péchés capitaux", il y a une très belle version en anglais par Marianne Faithfull, trouvable sans trop de mal je crois.


Et pour "Matilda", on m'a encore posé la question récemment... Personne en particulier mais plein de clins d'oeil et de souvenirs mélangés.


 



Lucie Chenu 01/04/2010 16:55


J'ai rarement le temps d'écouter les vidéos que tu proposes et je le regrette. Celle-ci me plait beaucoup. Elle me rappelle un peu http://www.youtube.com/watch?v=rkRIbUT6u7Q ou
http://www.youtube.com/watch?v=PaKklfth3No (en plus sage, tout de même)
Mais bon, depuis le temps que tu en parles, je vais explorer un peu ce que fait Amanda Palmer


Mélanie Fazi 01/04/2010 17:00



C'est vrai, y a de ça. L'album me fait un peu penser à Kurt Weill par moments, mais peut-être en grande partie parce que les deux Evelyn qui s'interpellent constamment me font penser aux deux
Anna des "Sept péchés capitaux".


Merci pour le lien de "Cabaret", encore un film qu'il faudra que je voie un jour.



Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives