Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 09:05

Signalé par Lisa Tuttle sur Facebook : cette émission de 1990 où six spécialistes de l’horreur débattent des mécanismes de la peur et autres sujets similaires. Outre Lisa elle-même, y participaient Clive Barker, John Carpenter, Roger Corman, Ramsey Campbell et Peter Atkins.

 

 

 

 

Si vous passez samedi 24 au festival « En première ligne » d’Ivry où je serai en compagnie de Jean-Marc Agrati, Stéphane Beauverger, Léo Henry, Jacques Mucchielli et Laure et Laurent Kloetzer, je ne vous promets pas une conversation étincelante autour d’un repas gastronomique, mais je peux déjà vous garantir des biscuits ou petits gâteaux maison selon arrivage. (Ceci s’appelle un argument publicitaire.)

 

Et pendant ce temps, les petits plaisirs d’un vie de traducteur : après la redécouverte du gros rush d’euphorie qui accompagne la remise d’une longue traduction, et le décapsulage de bière qui s’ensuit pour fêter ça, enchaîner avec la traduction d’un livre pas encore sorti dans le commerce et pouvoir narguer les lecteurs ordinaires. Pour l’instant, The Alloy of Law de Brandon Sanderson s’annonce très bien. Il ne s’agit pas d’une suite directe de la trilogie Fils-des-brumes mais d’un roman situé trois cents ans plus tard dans le même univers, avec d’autres personnages, une autre intrigue et une technologie différente – les armes à feu ont été découvertes entre temps. D’où une ambiance de western mâtiné d’allomancie, là où la trilogie était plus proche d’un univers de fantasy classique. J’espère que le résultat sera aussi savoureux que l’idée de départ.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélanie Fazi
commenter cet article

commentaires

Valérie 06/10/2011 19:08


Quelle surprise de voir cette interview! Même si mon niveau d'anglais est ce qu'il est. Écouter discourir ces gens que j'admire, en particulier Clive Barker et John Carpenter, avec un indéniable
sens de l'humour m'a procuré beaucoup de plaisir. Je n'ai pas l'honneur de connaître le travail de Lisa Tuttle mais elle m'a tout l'air d'être un sacré personnage!
Quand ils disent s'inspirer de leurs propres peurs, des peurs inconscientes et parlent de l'excitation qu'éprouve le lecteur (ou spectateur) a ressentir la peur, qui y prend du plaisir car dans ce
contexte de fiction il peut exercer un contrôle sur sa peur (en fermant le livre ou en coupant la télé)ce qui n'ai pas le cas dans la réalité, cela m'a beaucoup parlé.
Cela m'a évoqué la nouvelle de Clive Barker "Terreur" (Dread), ou un petit malin, joue a mettre ces cobayes face a leurs peurs les plus intimes, et le paie de manière tout aussi cruelle. Cette
Histoire se termine par un passage que j'ai trouvé proprement effrayant:"(...)il y avait au monde quelque chose de pire que la terreur. De pire que que la mort elle-même. C'était la souffrance sans
aucun espoir d'apaisement. (...)". Dans ces lignes, sur le coup, j'ai cru voir ma propre peur exprimée par un autre.
Paul Auster a écrit "Chacun sait que les histoires sont imaginaires. Nous savons qu'elles ne sont pas vraies même quand elles nous disent des vérités plus importantes que celles que nous pouvons
trouver ailleurs". Cela explique bien ce que j'aurais voulus dire, mais en plus court! (la concision n'est pas mon point fort, vous l'aurait sûrement remarqué!


Profil

  • Mélanie Fazi

Prochaines dédicaces

25 et 26/10 : Festival Scorfel, Lannion

Recherche

Archives